Décembre 2017

13 décembre 2017 | Montréal, ville sans sida

Nouvelle réjouissante pour marquer la Journée mondiale de lutte contre le sida 2017 ! En effet, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a fait de la métropole la première ville canadienne à participer à Fast Track Cities, une initiative de l'ONUSIDA qui vise l’éradication du VIH/sida pour 2030.

Mme Plante a co-signé la Déclaration de Paris avec le Dr José Zuniga, de l'Association internationale des fournisseurs de soins de santé en VIH (IAPAC), en présence des représentants de la TOMS, de la COCQ-SIDA, d'un organisme communautaire pour les femmes autochtones, de la Direction régionale de Santé publique de Montréal, d'élus et de personnalités issues des milieux scientifique et médical, notamment l'ambassadeur de cette initiative à Montréal, le Dr Réjean Thomas.


13 décembre 2017 | Nouvelles lignes directrices concernant les poursuites pour non-dévoilement du VIH ?

Moins d'une semaine après la mise en ligne de la Déclaration de consensus communautaire contre la criminalisation injuste du VIH, la ministre canadienne de la Justice, Jody Wilson-Raybould a présenté un rapport indiquant clairement que les lois pénales en matière de non-divulgation du VIH en vigueur au Canada nuisaient au dépistage et ne tenaient pas compte des avancées scientifiques concernant l’intransmissibilité du VIH.

La ministre Wilson-Raybould a dit qu'elle mandaterait les procureurs fédéraux à "être plus circonspects dans les poursuites de non-divulgation de séropositivité" et a invité les provinces à faire de même. Du côté de Québec, le bureau de la ministre de la Justice "n'a pas précisé s'il envisageait de revoir ses propres lignes directrices en la matière."


13 décembre 2017 | Les médecins hygiénistes du Canada affirment que I = I

Après les États-Unis (via les Centers for Disease Control), c'était récemment au tour du Canada de reconnaître publiquement I = I (Indétectable = Intransmissible). Le 30 novembre dernier, le conseil des médecins hygiénistes en chef a reconnu qu'il n'y avait "aucun cas de transmission du VIH lors de relations sexuelles avec un partenaire séronégatif lorsque le partenaire séropositif suit un traitement antirétroviral de façon continue et qu'il maintient une charge virale supprimée de façon constante."

Cette belle nouvelle, on l'espère, aura des effets positifs sur la perception des personnes vivant avec le VIH au Canada. Perception qu’elles ont d'elles-mêmes d'abord, sachant qu'elles ne peuvent pas transmettre le virus à leurs partenaires, diminuant ainsi leur anxiété. Puis, perception du reste de la population à l'égard des personnes séropositives, désamorçant la peur du VIH par une meilleure compréhension des risques réels de transmission.


13 décembre 2017 | Programme de surveillance de l’infection par le VIH au Québec : rapport annuel 2016

Le rapport québécois concernant les nouveaux diagnostics de VIH comptabilisés pour l'année 2016 est sorti le 1er décembre 2017.

Comme à l'habitude, la COCQ-SIDA a synthétisé en une page les faits saillants du rapport.




13 décembre | Tomber en amour avec une personne atteinte du VIH

Faisant écho à notre campagne "Le VIH n’est pas une barrière entre nous", la publication en ligne TABLOÏD vient de diffuser un article portant sur les relations sérodifférentes.

Le texte raconte l'histoire de Jacques et Bob (en couple depuis 20 ans), ainsi que celle de Jay, Christian et Jean-François, trio polyamoureux.

Allez lire l'article pour en savoir plus!


13 décembre 2017 - "Après C-36" : toujours en lutte contre la violence envers les personnes qui exercent le travail du sexe

À l'occasion de la Journée internationale pour mettre fin à la violence envers les travailleuses et travailleurs du sexe, Stella l’Amie de Maimie est fière de présenter, la conférence "Après C-36" : toujours en lutte contre la violence envers les personnes qui exercent le travail du sexe.

Cette conférence publique (et gratuite !) aura lieu le 17 décembre à 15h à la Maison de la culture Frontenac. L'événement s'inscrit dans le cadre de l'exposition "Témoigner pour Agir". Ce sera un moment unique pour aller au-delà des discordes sur le travail du sexe et entendre celles et ceux qui sont au front, militant pour le respect des droits humains des personnes qui travaillent dans l'industrie du sexe.

Pour plus de détails, consultez le site web de "Témoigner pour Agir".