La crise des surdoses ne peut être résolue sans nous

Publié le 4 mars 2024
Lecture 1 minute
Partager l’article

Le coordonnateur de notre service VIH Info-Droits, Me Laurent Trépanier-Capistran, signait le 2 mars dernier une lettre ouverte dans Le Devoir intitulée La crise des surdoses ne peut être résolue sans nous.

Signée au nom de la COCQ-SIDA et appuyée par une trentaine d’organismes communautaires, cette lettre met de l’avant la nécessité de la décriminalisation des drogues. Elle revendique notamment à la Ville de Montréal:

1. un engagement à demander une exemption fédérale dans les six prochains mois ; 

2. l’ajout de cinq organismes communautaires au comité d’experts ; 

3. le retrait du SPVM de ce comité.

Crédit image:  Renaud Philippe – Archives Le Devoir

Une réponse sur “La crise des surdoses ne peut être résolue sans nous”

  1. 1. un engagement à demander une exemption fédérale dans les six prochains mois ;

    2. l’ajout de cinq organismes communautaires au comité d’experts ;

    3. le retrait du SPVM de ce comité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.