Variole du singe : quelques mises à jour

Publié le 22 juin 2022
Lecture 3 minutes
Partager l’article
Cocq Sida - Variole simienne

La stigmatisation des hommes gais, bisexuels et ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, majoritairement touchés par le virus, demeure un enjeu central de l’épidémie de variole simienne.

Notre DG, Ken Monteith, s’est entretenu avec les journalistes à plusieurs reprises (CBC, Globe and Mail) pour participer d’un mouvement de mise en garde contre cette stigmatisation, un mouvement également porté par AIDES et SERONET en France, de même, évidemment, que l’ONUSIDA. L’un dans l’autre, il s’agit de remettre les pendules à l’heure !

De fait, l’idée d’un « virus gai »  a un dangereux goût de déjà-vu et ne peut être autorisée à se répandre. Il convient d’apprendre des leçons du VIH et, pour reprendre le très pertinent thème d’AIDS 2022, de suivre la science ! La stigmatisation ne fait rien pour mettre fin aux épidémies : au contraire, elle endigue la capacité des personnes touchées à chercher de l’aide médicale, par peur d’être jugées et discriminées. Les seules informations qu’il convient de circuler largement sont les faits, tels les symptômes, la durée d’incubation et de contagion, les traitements, l’information sur la vaccination, etc.

L’intervention, la prévention et la prise en charge auprès des hommes gais, bisexuels et ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes doivent cependant évidemment se faire, du fait de la prévalence du virus dans la communauté. RÉZO, à Montréal, est un exemple flagrant de l’importance et de l’efficacité de la réponse communautaire, notamment en termes de vaccination. Ce dernier a ouvert une clinique de vaccination au 955 de Maisonneuve, de 8h à 19h30, sans rendez-vous ; qui s’avère être un succès indiscutable.

Le communautaire est d’une force incroyable face aux épidémies… Mais manque souvent de moyens, comme nous le savons bien. C’est d’ailleurs pourquoi le CBRC (Centre de recherche communautaire) a fait paraître une lettre de revendication pour demander du soutien et des services d’urgence en réponse à la propagation de la variole du singe.

Pour ce qui est de vous garder au courant de l’évolution des choses au Québec, le site Internet de RÉZO est une excellente source d’information autour de la variole simienne, notamment pour la vaccination, mais vous pouvez aussi consulter différentes autres ressources, telles les pages dédiées de l’ASPC et la rediffusion du très pertinent webinaire de Dre Cécile Tremblay, proposé par le PNMVH.

Restez informé·es et en santé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.